UA-115770998-2
Télétravail : attention aux risques psychosociaux

Télétravail : attention aux risques psychosociaux

En cette période de crise, de nombreux facteurs sont venus impacter le travail. Chômage partiel, confinement mais surtout télétravail. Tant de changements qui peuvent rapidement provoquer des risques psychosociaux chez les salariés.

Pour 83% des représentants des salariés, la crise a aggravé les risques psychosociaux.

Une organisation qui présente des bénéfices et des risques

Au vu des conséquences provoquées par la crise, les entreprises ont été contraintes d’organiser le télétravail de leurs collaborateurs. Elles se sont alors confrontées à une nouvelle organisation qu’elles n’avaient pas anticipé et pour certaines jamais mise en place.

Le télétravail, lorsqu’il est pratiqué de façon ponctuelle, représente des avantages comme la qualité de vie au travail, le gain de temps de trajet, un fort engagement ou encore une réduction du stress. Cependant, il peut engendrer de nombreux risques lorsqu’il est pratiqué de façon régulière et trop formalisé. Tout d’abord, le gain de productivité observé est lié à une intensification et une densification du travail. En effet, les travailleurs ont tendance à accroitre le temps de travail hebdomadaire. Ce fait est plutôt un fait positif sur le court terme mais devient néfaste sur le long terme. Il conduit à une surcharge de travail et agit sur le comportement des salariés.

Le télétravail, s’il est pratiqué de façon permanente et trop encadré, peut donc provoquer des risques psychosociaux.

risque psychosociaux

Les risques psychosociaux : qu’est-ce-que c’est ?

Les risques psychosociaux (RPS) correspondent à un déséquilibre entre la situation du salarié et son environnement de travail. Ce sont des risques inhérents à des situations de travail où sont présents, simultanément ou non : du stress, des violences internes commises par des salariés, du harcèlement moral ou sexuel ou encore des conflits entre personnes ou équipes.
Il est de la responsabilité de l’employeur de détecter ces risques et de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des salariés.
Cette responsabilité s’applique aussi bien au travail qu’en télétravail. Il est impératif de prendre des mesures préventives pour protéger la santé physique et mentale des ses collaborateurs.

Prévenir ces risques

  1. Evaluez la surcharge de travail

« Mes collaborateurs se plaignent d’avoir trop de travail… Comment limiter cette charge de travail et les aider à la réguler ? » Qui n’a jamais entendu ça un jour ? Cela signifie une surcharge de travail ou que cette charge n’est pas régulée.

Comment agir ?

  • Donnez des objectifs clairs et réalistes en clarifiant, en définissant, en précisant et sen s’assurant que chacun à une vision clair de ses priorités.
  • Evaluez la charge de travail. C’est-à-dire, en prendre compte, faire des points réguliers, aidez et informez vos collaborateurs.
  • Cherchez les adaptations possibles en cas de surcharge. Faites collaborez vos salariés !
  • Conservez du temps pour la relation
  • Reconnaissez les efforts et le travail de vos salariés.
  1. Donnez de l’autonomie à vos salariés

« Mes collaborateurs disent ne pas réussir à travail à leur façon. » Interrogez-vous sur votre organisation. Si elle est trop encadrée, vos salariés n’ont pas la possibilité de réguler leur travail à leur manière. L’autonomie permet aux salariés d’être acteurs de leur travail.

Comment agir ?

  • Ecoutez et impliquez vos salariés
  • Laissez leurs des marges de manœuvre dans leurs façon de faire
  • Permettez les prises d’initiatives en favorisant la recherche collective et en encourageant les remonter d’informations sur les difficultés rencontrées.
  • Développez les compétences des salariés
  1. Soutenez vos collaborateurs

« Mes collaborateurs n’obtiennent pas les résultats attendus. Comment les motiver ? ». Tout salarié a besoin de soutient de la part de son employeur pour l’aider dans la réalisation de son travail.

Comment agir ?

  • Soyez présent dans les moments difficiles. Ne laissez pas un salariés seul face à une difficulté dans son travail et apportez votre soutien.
  • En cas d’erreur, faites preuve de discernement, l’erreur est humaine.
  • Soyez disponible et à l’écoute
  1. Témoignez de la reconnaissance

« J’ai appris que 90% des salariés français accordent beaucoup d’importance à la reconnaissance dans le travail. Comment s’y prendre ? ». Chaque salarié a besoin de se sentir estimé et reconnu dans son travail d’un part par ses clients mais aussi de son employeurs et ses collègues.

Comment agir ?

  • Reconnaissez les pratiques, l’investissement et les résultats
  • Reconnaissez les compétences et les savoir-faire de vos salariés
  • Ne laissez personne de côté
  1. Donnez du sens au travail

« Un de mes salariés m’a dit : « je ne sais plus pour quoi je travaille. » Comment dois-je l’interpréter ? ». Le travail structure la santé et l’identité de chacun afin qu’il se sente intégré et y trouve du sens.

Comment agir ?

  • Expliquez les objectifs des tâches des salariés
  • Accordez une place dans les décisions
  • Veillez au respect des valeurs des salariés
  • Débattez des critères de qualité
  • Donnez les moyens de produire du travail de qualité
  1. Agissez face aux agressions externes

« Mes salariés sont parfois pris à partie par des clients : quelles actions mettre en place ? ». Les agressions externes peuvent provenir des clients, des patients, des usagers ou encore de la famille des salariés. Ces violences entrainent des conséquences parfois vitales sur la santé et la sécurité.

Comment agir ?

  • Agissez sur les causes des violences
  • Evitez les risques de passage à l’acte violent
  • Formez les salariés à la gestion des situations de tension
  • Organisez le soutien juridique de vos salariés afin qu’ils se sentent soutenus
  • Ne minimisez pas les actes agressifs
  1. Informez des changements

« J’ai prévu un changement d’organisation. Comment préparer mon équipe ? ». Les entreprises doivent constamment s’adapter aux évolutions du marché. Ces changements peuvent bousculer les équipes. En effet l’inconnu est une source de stress.

Comment agir ?

  • Anticipez ces changements
  • Annoncez clairement ces changements. Soyez transparents, clair, précis.
  • Restez disponible pour échanger avec vos collaborateurs
  1. Facilitez l’équilibre vie personnelle/vie professionnelle

« Si j’entend mes salariés dire que leur travail impacte trop sur leur vie personnelle. Que faire ? ». Parfois, le travail peut être perturbant pour la vie personnelle des salariés. Il est nécessaire de trouver l’équilibre le plus juste entre les besoins des salariés et leurs exigences professionnelles.

Comment agir ?

  • Adaptez les horaires de travail au mieux
  • Proposez les bons outils et les bonnes méthodes de travail
  • Soyez vigilant au respect du temps de travail
  1. Excluez toute forme de violence

« J’ai récemment assister à une altercation entre deux membres de mon équipes. Comment dois-je réagir ? » Les violences internes en entreprises sont nombreuses et de nature diverses. En plus d’avoir un impact sur la santé elles ont également un impact sur la productivité de l’entreprise.

Comment agir ?

  • Intervenez lors des conflits
  • Apportez une culture de respect
  • Pratiquez un management équitable
  • Ne mettez pas vos collaborateurs en concurrence
  • Organisez des moments d’échanges collectifs

Les risques psychosociaux peuvent s’avérer très grave pour la santé de vos collaborateurs. N’hésitez pas à montrer que vous êtes là pour eux, qu’ils ne sont pas seuls et que vous êtes prêts à prendre les mesures nécessaires pour protéger leur santé et leur sécurité.

Retrouvez-nous également sur LinkedIn ici

 

 

Reconfinement, comment agir ?

Reconfinement, comment agir ?

Face au reconfinement, les entreprises doivent adapter de nouvelles mesures. Beaucoup d’entre elles sont inquiètes pour la santé physique et mentale de leurs salariés. C’est pourquoi, elles doivent s’adapter au mieux aux contraintes sanitaires en étant d’autant plus vigilantes face aux risques psychosociaux. Tout d’abord, il y a le stress lié au virus, celui lié à l’avenir de son entreprise et parfois l’inquiétude concernant ses proches. Les risques d’épuisement et de burn out sont de plus en préoccupants et les enjeux sont de plus en plus importants pour les entreprises.

Le télétravail

Pour agir face au reconfinement, les entreprises basculent à nouveau vers un télétravail massif. Cependant, le télétravail n’est pas toujours une solution privilégiée et nécessite une bonne mise en place. Tout d’abord, le risque est l’absence réelle de repos et le déséquilibre vie professionnelle/vie personnelle.

9 salariés sur 10 considèrent que l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle est un critère de bien-être.

Ce déséquilibre entraine du stress, de la fatigue, une perte de contrôle voire même des rapports sociaux tendus. Il est important de comprendre l’impact d’un tel déséquilibre sur votre santé et celle de vos collaborateurs.

Pour vous aider à instaurer de bonnes bases de télétravail, suivez nos astuces et conseils pour maintenir l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle.

reconfinement

De plus, le télétravail pousse à la sédentarité et entraine le développement des troubles musculosquelettiques. Ces troubles engendrent de nombreuses conséquences pour le salarié mais également pour l’entreprise puisqu’ils provoquent une baisse d’énergie et donc de productivité. Nos corps et cerveaux ne sont pas conçus pour rester immobiles pendant des heures devant un écran. La solution est donc de bouger, même en télétravail.

Afin de lutter contre la sédentarité pendant ce reconfinement, découvrez notre article dédié à la sédentarité en télétravail.

 

Enfin, le télétravail nécessite une mise en place stable à laquelle chacun peut s’adapter. Il s’agit de se mettre d’accord sur un fonctionnement collectif, de motiver ses collaborateurs et surtout de conserver des moments conviviaux.

Voici les clés pour bien fonctionner en télétravail.

sédentarité

Le management à distance

 Le reconfinement oblige également les entreprises à mettre en place un management à distance. En effet, dans cette période où le stress est très présent, les entreprises doivent entretenir la qualité de vie au travail de leurs collaborateurs.

Plus de 66% des 25-34 ans se disent prêts à quitter leur entreprise dans les deux ans à cause d’un mauvais management.

La communication est essentielle et demeure le nerf de la guerre. En télétravail, comme sur site, les collaborateurs ont besoin d’une communication sur-mesure et les managers doivent trouver les bons outils et les bonnes méthodes adaptés à leurs équipes. L’enjeu de cette bonne communication est de trouver de nouvelles méthodes de pilotage et de management permettant de fédérer les équipes, de maintenir la motivation, gérer les risques…

Afin de garder le lien avec vos équipes, voici nos conseils.

La gestion des risques

Le confinement a remis en tête la quête du bien-être au travail. Elle représente un challenge de taille pour les dirigeants. Les échanges virtuels remplacent les discussions autour de la machine à café et les déjeuners entre collègues. Cette situation a un impact direct sur la santé des salariés et perturbe le travail quotidien.

En effet, qui dit reconfinement dit retour du stress. Beaucoup partagent leurs inquiétudes à l’idée de revivre la situation du mois de mars dernier. Angoisse, isolement, sentiment d’échec, perte de sens… les symptômes sont nombreux et entrainent des risques psychosociaux qui impactent les salariés. Ces signes ne sont pas toujours identifiables par les dirigeants, cependant face aux nombreuses tensions dues à la crise sanitaire ces derniers doivent rester plus que vigilants.

Il est important de savoir qu’un stress constant et élevé peut conduire au burn out. Le burn out est un syndrome d’épuisement professionnel reconnu comme un état d’épuisement physique, mental et émotionnel. C’est pourquoi, il faut savoir anticiper les signes avant-coureurs et prévenir ce phénomène ! Pour cela, nous vous invitons à lire notre article sur le repérage et la prévention du burn out.

burn out

Le télétravail sonne donc à nouveau aux portes de vos entreprises. Plus que jamais, il est important de souder vos équipes, motiver vos collaborateurs et garantir leur bien-être. Cette période peut être l’occasion de les faire évoluer grâce à la formation professionnelle à distance.

En tant qu’organisme de formation certifié Qualiopi, ATID Consulting met à votre disposition une multitude de formations dans le cadre de votre plan de développement des compétences. En effet, la formation professionnelle augmente la productivité et réduit l’absentéisme. De plus, la plupart des salariés estiment que la formation professionnelle est un facteur de motivation.

Vous pouvez également mettre en place des ateliers sur des thématiques de prévention santé. Comment éviter les TMS en télétravail ? Comment gérer son stress ? En cette période, il s’agit de questions fondamentales.

Nous avons transformé nos ateliers habituellement en présentiel par des ateliers en visio-conférence, et vous proposons un pack afin de garantir une continuité à vos collaborateurs. Choisissez 8 ateliers parmi notre catalogue pour accompagner vos collaborateurs dans leur qualité de vie au travail !

Si vous souhaitez en savoir davantage et échanger avec l’un de nos experts, contactez-nous !

 

Retrouvez-nous également sur LinkedIn ici

Apprendre à repérer et prévenir le burn out

Apprendre à repérer et prévenir le burn out

Le burn out, appelé aussi « syndrome d’épuisement professionnel » est reconnu comme un état d’épuisement physique, mental et émotionnel. Il apparaît lorsque l’on subit un stress constant et élevé dû à un investissement prolongé et une surcharge de travail. Les principaux symptômes sont la démotivation, le sentiment d’échec, la fatigue, la solitude, la douleur ou pire des troubles du comportement.

D’où vient le burn out?

Il est lié au stress chronique au travail. En général, lorsque ce stress n’as pas été pris en charge avec succès. Il provient également des facteurs psychosociaux tels que :

  • Une surcharge de travail
  • Un manque de sens dans le travail
  • Un manque d’autonomie et de soutien
  • Un manque de reconnaissance professionnelle
  • Un déséquilibre de la vie professionnelle et de la vie personnelle
  • Une insécurité au travail
prévention santé

L’ensemble de ces facteurs, s’ils sont présents de façon durable, peuvent entraîner un épuisement physique, psychique et émotionnel et amener à des complications médicales voire psychiatriques. C’est pourquoi il faut être vigilant et mettre en place des mesures préventives afin de prévenir ce phénomène et réduire les impacts.

Il existe plusieurs symptômes qui doivent impérativement alerter pour détecter un burn out chez soi, chez un proche ou encore chez un collègue. En repérant ces signes il est possible de réagir afin d’éviter le point de non-retour.

Les signes avant-coureurs du burn out :

Vous n’êtes plus aussi efficace ? Vous avez le sentiment de ne plus être performant et se sentiment vous frustre. Votre estime de vous baisse et vous avez la sensation de ne plus être à la hauteur.

Vous avez des troubles de l’attention, mémoire, concentration ? Il est difficile pour vous de rester attentif. Votre concentration n’est pas suffisante pour mener à bien vos tâches. Vous pouvez avoir une sensation de vide dans votre tête, l’impression de perdre le fil de vos idées, d’être étourdi…

Compensez-vous votre manque d’efficacité par des heures de travail en plus ? Cela peut être dû à la surcharge de travail ou encore aux troubles de la concentration. Le fait d’essayer de compenser cela par des horaires est un signe à prendre en compte. D’autant plus que rallonger ses horaires de travail à tendance à accentué la fatigue et le sentiment d’inefficacité.

Votre repos n’est plus réparateur ? Vous avez des troubles du sommeil, vos préoccupations du travail vous empêchent de vous sentir reposé, même pendant vos vacances ou vos week-end. C’est là qu’une grande fatigue s’installe aussi bien physiquement de psychiquement.

Le travail est votre principale occupation ? Vous avez du mal à décrocher et vos pensées sont tournées uniquement vers le travail. Ces ruminations génèrent beaucoup de stress et d’anxiété.

Vous être irritable ? Vous avez des excès de colère ? Vous avez des difficultés à gérer vos émotions. Vous être capable de passer du rire aux larmes en un rien de temps sans même comprendre ce changement d’humeur.

Vous avez des douleurs ? Vous souffrez de maux de tête, tensions musculaires, infections… Votre comportement alimentaire change, vous mangez en plus grande quantité ou au contraire vous n’avez plus, ou très peu d’appétit.

Votre comportement change ? Vous augmentez votre consommation de tabac, d’alcool ou de drogue pour compenser votre état de fatigue et limité vos ruminations. Vous avez un comportement cynique, pessimiste et une tendance à vous isoler. Vous n’êtes plus le même qu’habituellement.

Ces différents signes doivent alerter aussi bien l’entourage professionnel, les proches, les collègues mais surtout la personne qui les ressent. Ils indiquent un signe de burn out et nécessite l’intervention d’un professionnel de la santé. La guérison du burn out passe par beaucoup de repos, une activité physique, mais surtout un accompagnement psychologique.  Cependant : « Mieux vaut prévenir que guérir ».

Alors, pour prévenir le burn out, repérez les premiers symptômes mais aussi :

  • Écoutez-vous : il peut s’agir de l’écoute des autres mais également de l’écoute de soi-même. Il est important de faire preuve de bienveillance, de s’écouter et d’analyser ce qui peut être un signe avant-coureur.
  • Parlez et échangez : discuter, échanger avec ses proches, écouter ou se confier sur ses difficultés, son stress ou encore sa surcharge de travail.
  • Prenez conscience des sources de stress. Cela vous permettra de mieux les gérer et de prendre du recul.
burn out
  • Provoquez des échanges avec vos collaborateurs et vos managers sur les conditions de travail et les changements à mettre en place.
  • Faites des pauses : prenez le temps de déjeuner autre part que devant votre écran en abordant d’autres sujets que ceux liés au travail. N’hésitez pas à sortir prendre l’air plusieurs fois dans la journée, ou vous aérer l’esprit avec de la musique ou un livre.
burn out
  • Déconnectez-vous : en dehors des horaires de travail, on éteins son téléphone professionnel et on se consulte pas sa boîte mail.
  • Ne vous engagez pas uniquement dans votre vie professionnel. Réservez du temps pour vous, pratiquer une activité artistique ou sportive, rendez-visite à vos proches.
  • Si vous vous sentez dépassé, consultez un professionnel et faites le point.
burn out

De plus, la prévention du burn out passe par la mise en place d’une organisation de travail adaptée. C’est-à-dire une régulation de la charge de travail, la définition d’objectifs, un bon équilibre vie professionnelle/vie personnelle et la reconnaissance du travail. Pour prévenir du burn out, les entreprises ont un réel travail de prévention et de formation à mettre en place. En effet, il est important de sensibiliser les collaborateurs face aux problématiques des risques psychosociaux.

Vous vous sentez concerné par le burn out ? Vous sentez qu’une personne de votre entourage est susceptible de l’être ?  Optez pour un programme de remise en forme !
Ce sujet, longtemps tabou, est aujourd’hui beaucoup mieux compris et nécessite un réel accompagnement. Chez ATID consulting, nous avons développé un programme ayant pour but de recharger ses batterie physique, mentale et émotionnel, grâce à des méthodes basées sur le sport de haut niveau.

Pour en savoir plus, découvrez le programme HEAD

 

Retrouvez-nous également sur LinkedIn ici

Équilibre vie professionnelle / vie personnelle

Équilibre vie professionnelle / vie personnelle

La recherche de l’équilibre vie personnelle / vie professionnelle est une quête permanente. Parmi les difficultés des salariés, celle de trouver un bon équilibre est très souvent en tête. Près de 9 salariés sur 10 considèrent que l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle est un critère de bien-être. Il s’agit même d’un critère essentiel pour la moitié des salariés français.

Cependant, depuis plusieurs années, le travail s’est intensifié, le temps semble donc s’accélérer et les « temps mort » se font de plus en plus rare. En effet, les salariés, pour la plupart, peuvent désormais travailler partout et tout le temps. S’ajoutant la période de crise et le télétravail, l’équilibre de chacun a fortement été impacté.

Bien que la liberté du télétravail offre certains avantages pour son organisation personnelle, elle représente également certains inconvénients. Le plus fréquent est l’absence de temps réel de repos. Vous pouvez aussi bien être dérangé le soir, le week-end ou encore pendant les vacances. Vous prenez l’habitude de réaliser vos tâches à n’importe où et à n’importe quel moment, l’entreprise est donc omniprésente dans votre esprit.

 

Un éventuel déséquilibre peut entraîner du stress, de la fatigue, une perte de contrôle, voire des rapports sociaux tendus. D’autant plus que réaliser plusieurs choses à la fois dans l’urgence augmente le nombre d’erreur et la dose de surcharge. Il est important de comprendre l’impact d’un déséquilibre sur vous et votre carrière.

  • Vous êtes moins épanoui

    Vous êtes amené à vous demander si c’est réellement la vie que vous souhaitez mener. Vous avez l’impression de manquer de temps en permanence et perdez le contrôle de votre vie. Vous en oubliez les aspects positifs de votre travail et vous vous focalisez sur les aspects négatifs.

  • Vous êtes épuisé

    Lorsque le travail prend le pas sur les autres aspects de votre vie, vous oubliez les temps nécessaires pour vous reposer et vous aérer. Vous avez du mal à vous concentrer sur les tâches en cours et êtes plus susceptible de commettre des erreurs. Votre corps commence donc à envoyer des signaux tels que l’anxiété, le stress, les migraines, insomnies, tensions ou autres maladies liées à l’épuisement.

  • Vous n’avez plus de temps pour rien ni personne

    Lorsque vous consacrez plus de temps au travail vous en passez nécessairement moins avec les autres. De plus, le travail canalise votre énergie et ne vous en laisse plus pour vos familles, amis et proches. Vous esquivez les dîners et sorties familiales et restez à l’écart de tout événements particuliers. Au fil du temps, vos relations se détériore et impact votre moral.

Passer de longues périodes à jongler en permanence entre plusieurs tâches génère souvent du stress et peut porter atteinte à votre santé physique, mentale et émotionnelle.

 

Il n’y a pas de solution miracle pour un meilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle. Chacun a ses priorités et ses propres besoins. Alors, prenez une feuille, un stylo et rédigez ce qui serait, pour vous, un équilibre idéale. Il vous reste à vous poser deux questions : Est-ce en accord avec votre fonctionnement ? Que pouvez-vous faire dès demain pour retrouver un bon équilibre ?

Pour vous aider, voici quelques astuces pour restaurer un équilibre

Apprenez à vous déconnecter. Comme pour le travail, il est nécessaire planifier ses activités, de se prévoir du temps pour soi. De plus, les technologies nous rendent extrêmement dépendant et peuvent avoir un effet néfaste sur la santé. Il est donc crucial de se déconnecter pour ressentir une vraie rupture entre le travail et son temps libre.

Équilibre vie professionnelle / vie personnelle
Équilibre vie professionnelle / vie personnelle

Définissez vos priorités. Tout n’est pas urgent ! Apprenez à différencier les tâches en leurs attribuant des niveaux de priorité. Réalisez une liste, chaque matin, dans laquelle vous listez vos tâches et les triez par ordre de priorité. Bien gérer son temps de travail représente deux gros avantages. Premièrement, vous n’avez pas le sentiment d’être débordé et pouvez donc quitter votre poste à des heures raisonnables. Ensuite, cela vous permet de dégager un nombre d’heures suffisantes pour vos activités personnelles.

Anticipez les imprévus. Les imprévus sont une source de stress considérable et permanente. Savoir les anticiper est un avantage. C’est une solution pour ne pas être en retard dans son travail et donc rentrer chez soi à l’heure. L’idée est de réserver du temps libre dans son calendrier. Ainsi, si un imprévu tombe, vous aurez du temps réservé pour le traiter. S’il n’y en pas, vous aurez donc le temps d’avancer sur vos autres tâches.

Équilibre vie professionnelle / vie personnelle
Équilibre vie professionnelle / vie personnelle

Consacrez-vous à votre entourage. Prenez des repas en famille, entre amis. Partagez des activités, allez au cinéma, regarder la télévision, planifiez des sorties. Ces moments sont des moments de qualité que vous devez valoriser le plus possible en dehors du travail. Ils vous permettent de vous échapper de votre quotidien professionnel et tout ce qui l’accompagne. Ils vous permettent également de prendre du recul sur vos problèmes qui semblent préoccupants au travail mais qui, une fois sortis du contexte, ne sont pas si alarmants.

Faites des pauses. Bien que vous consacrer entièrement à votre travail est positif pour la stimulation intellectuelle et le développement de votre carrière, cela peut vite devenir insoutenable si vous êtes obsédé par les résultats. Il est important de s’accorder régulièrement des pauses. Prenez un café avec votre collègue, allez vous dégourdir les jambes, prenez l’air ou encore écouter de la musique. Ces petits moments permettent de sortir de votre routine en vous apportant une énergie positive qui apporte une véritable différence sur votre moral.

Équilibre vie professionnelle / vie personnelle
Équilibre vie professionnelle / vie personnelle

Planifiez des activités que vous aimez faire. Bien évidemment, ça ne peut pas être le cas pour tous les jours de la semaine mais il est très important de se réjouir d’une sortie à venir lorsque l’on est au travail. Cela vous évite de démarrer la journée en considérant qu’elle sera résumé à ce que vous accomplissez sur votre lieu de travail. Attendre une activité qui vous plait permet d’éviter le stress et garder une attitude positive au travail. Pensez donc à un restaurant que vous souhaitez un essayer, un film que vous avez envie de voir ou encore un voyage à venir.

Prenez des vacances. Dans le cas ou votre stress est beaucoup trop présent, il faut se déconnecter. Prenez quelques semaines de congés et planifiez un voyage dans un endroit que vous aimez, rendez-visite à des amis, à votre famille. C’est un excellent moyen de briser la routine et de vous laisser guider là où le stress n’est pas présent.

Équilibre vie professionnelle / vie personnelle

En somme, un meilleur équilibre des temps améliore la qualité de vie et la santé au travail.

Alors, si vous sentez que votre vie professionnelle prend trop de place et absorbe tout votre temps et votre esprit, n’attendez pas. Imposez-vous une discipline pour rééquilibrer votre vie et maintenir un bon cap sur le long terme. Et n’oubliez pas: Rome ne s’est pas faite en un jour! Changer ses habitudes de travail n’est jamais simple et cela prend du temps. Cependant, une fois le changement réalisé, vous vous sentirez plus épanouis !

 

Retrouvez-nous également sur LinkedIn ici

Comment lutter contre la sédentarité en télétravail

Comment lutter contre la sédentarité en télétravail

Qu’est-ce que la sédentarité ?

La sédentarité, est, d’une manière générale, un mode de vie caractérisé par une fréquence faible, voire nulle, de déplacements. C’est-à-dire, une activité physique inférieure à 30 min de marche par jour ou 1h de vélo trois fois par semaine.

Le mode de vie sédentaire

Avec environ 3,2 millions de décès chaque année à travers le monde, la sédentarité est considérée comme un fléau. Elle est en partie due à un manque de pratique de l’exercice physique pendant les temps de loisirs. Aussi, elle est liée à une augmentation des comportements sédentaires au cours des activités domestiques et professionnelles. La multiplication des modes de transports dits  « passifs » a engendré une baisse des niveaux d’activité physique. L’urbanisation joue également un rôle dans le découragement des pratiques physiques. En effet, la densité de circulation, la pollution, l’absence de parcs, trottoirs ou encore d’installations sportives sont favorables à la sédentarité.

sédentarité

La question de la sédentarité est d’autant plus présente suite à la crise que nous connaissons. En effet, une étude menée par l’observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), est sans appel. Durant la période de confinement, les temps d’écran ont explosé : + 60 % chez les 6-10 ans, + 70 % chez les adolescents et + 40 % chez les adultes. Ces chiffres sont alarmants et représentent un réel danger pour la santé.

La sédentarité au travail et en télétravail

La sédentarité est également présente dans le domaine du travail et d’autant plus depuis le début de la crise sanitaire. De nombreuses études ont montré une augmentation importante des pathologies liées à l’inactivité en position assise au travail. La sédentarité est le premier facteur en cause dans le développement des troubles musculo-squelettiques. Ces troubles engendrent de nombreuses conséquences à la fois pour les salariés, mais également pour l’entreprise. En effet, ils sont une cause de baisse d’énergie et de ce fait une baisse de productivité. Le rôle premier des entreprises est alors la sensibilisation et la prévention de la sédentarité. Elles sont nombreuses à prendre cette voie et proposent à leurs salariés des solutions. Formations, optimisation des espaces de travail, cours de sport… ces solutions ont un coût considérable, mais représente un gain inestimable sur le long terme.

 Cependant, à l’ère de la crise sanitaire le télétravail est de plus en plus présent. Des études ont constaté que le télétravail augmente la productivité de 22% et diminue les arrêts maladie. Il donne un sentiment d’indépendance, mais également de responsabilité. Les salariés se sentent valorisé et plus investis. Le temps gagné sur les trajets leur permet une meilleure organisation et une meilleure qualité de vie. Cependant, pour ne pas brouiller les frontières entre vie professionnelle et vie personnelle, le télétravail passe par une bonne organisation, mais aussi une bonne hygiène de vie. En effet, l’activité physique est limitée et la sédentarité est à la hausse. Le télétravail, s’il est mal pratiqué, peut faire de nous des sédentaires et impacter notre santé.

Le problème ?  Nos corps et cerveaux ne sont pas faits pour rester assis pendant des heures devant un écran ou sur un canapé. Nous nous déplaçons moins voire plus pour nous rendre au bureau, nous ne montons plus les escaliers, nous n’utilisons plus nos jambes. En clair, notre corps est laissé de côté de 9h à 18h et notre activité est essentiellement portée sur le travail cérébral.

La solution ? BOUGER !                                                                                                                                                                                                                                                        Depuis quelques années, les recommandations visant à réduire la sédentarité seraient de bouger au moins trente minutes par jour.

Difficile en télétravail, diriez-vous ?  Voici quelques astuces pour limiter la sédentarité !

Définissez un calendrier. À la maison, il est plus difficile de distinguer la différence entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Il peut être tentant de travailler plus longtemps pour terminer un projet. De ce fait, il est important de se fixer une heure limite à ne pas dépasser afin de déconnecter et de se détendre.

sédentarité
sédentarité

Octroyez-vous des pauses. Qu’elles soient physiques et/ou cérébrales il est important de faire des pauses au moins toutes les heures. Vous offrirez à votre cerveau et vos yeux une pause bien nécessaire et gagnerez en productivité.

Créez un espace de travail. Travaillez depuis un canapé ou un lit peut paraitre agréable, mais cela nuit à votre santé et votre productivité. Créez un espace de travail chez vous permettra à votre cerveau de se conditionner et de rester concentré. Vous pouvez également opter pour une bonne chaise, un bureau et un éclairage naturel. Le plus bénéfique : investir dans un bureau debout. Il permet de lutter contre les méfaits de la position assise prolongée. Si vous n’avez pas les moyens d’en acheter un, fabriquez-le vous-même à moindre coût.

sédentarité
sédentarité

Bouger régulièrement. Pendant vos pauses, marchez. Pendant vos appels téléphoniques également. Chez vous, vous avez forcement moins d’occasion de bouger qu’au bureau. Prévoyez 2-3 min d’étirements tout au long de la journée. Rester assis trop longtemps engendre de mauvaises tensions dans votre corps. Les étirements vous feront beaucoup de bien.

Habillez-vous. Les rituels du matin sont des signaux envoyés à votre cerveau pour lui indiquer que la journée démarre. Il est important de conserver une partie de ces rituels. De ce fait, vous faites comprendre à votre cerveau que vous entamez une journée de travail normale, même si vous restez à la maison. Cela vous aidera à travailler efficacement et à garder un bon rythme de vie.

sédentarité
sédentarité

Préparez vos repas. Cuisinez des repas sains et aménagez-vous un moment pour déjeuner et pas devant votre ordinateur. À la maison comme au travail, vous avez le droit à votre pause déjeuner. Et rappelons que les pauses sont essentielles pour votre santé et votre productivité.

Remplacez les temps de trajet par des séances de sport. En travaillant de chez vous, vous gagnez une heure voire plus. Profitez-en pour pratiquer une activité physique. Vous pouvez pratiquer du sport en extérieur, en salle de sport ou même à la maison grâce à des vidéos, cours ou autres exercices en ligne.

sédentarité
sédentarité

Soignez votre sommeil. Utilisez le temps que vous gagnez sur vos trajets. Couchez-vous à des heures régulières et dormez 7 à 9 heurs par nuit. Il est important de ne pas travailler dans votre lit et éviter les écrans avant de dormir.

Vous l’avez compris, les limites du télétravail sont réelles. Si vous et votre entreprise envisager de mettre en place le télétravail, veillez à l’adoption d’une organisation professionnelle et personnelle. En effet, le télétravail nécessite de bonnes pratiques de travail, mais également un mode de vie sain et adapté.

Retrouvez-nous également sur LinkedIn ici

Manger de saison, une habitude à prendre !

Manger de saison, une habitude à prendre !

Stop aux fraises et aux courgettes en hiver !  Aujourd’hui, les français seraient 81% à faire attention à manger de saison. Mais pourquoi est-il si important de respecter la saisonnalité ?

 

Pourquoi manger de saison ?

Pour le goût. Si les fruits et légumes poussent au soleil, avec le temps nécessaire à leur maturation, ils développent toutes leurs saveurs. Hors saison, leur aveur n’est pas aussi intense car ils mûrissent pendant le transport. Manque de luminosité, de chaleur et de temps pour se développer. Ces facteurs ne laissent pas la chance aux fruits et légumes de révéler tous leurs arômes. On le remarque très facilement avec les tomates achetées en hiver contre les bonnes tomates du jardin en été…

Pour leur meilleure composition nutritionnelle. Grâce au respect du cycle de la nature qui offre tout ce dont nous avons besoin au bon moment ! En été, avec les hautes températures, notre corps dépense moins de calories. Il demande alors plus d’eau pour une bonne hydratation des cellules. Heureusement, les fruits et légumes de la saison en sont gorgés : courgettes, tomates, concombres, melon… En hiver, avec le froid et le manque de luminosité, notre corps nécessite de plus de nutriments. Notre système immunitaire, lui, a besoin d’être boosté en apportant de la Vitamine C et des antioxydants.

Moins de traitements chimiques et meilleur pour notre planète. Les fruits et légumes achetés hors saison ont de grandes chances de venir soit d’une récolte sous serre soit d’un pays lointain. Les récoltes sous serre sont aspergés de pesticides pour aider les fruits et légumes à se développer. Cela permet également de compenser le manque de luminosité et de nutriments dans le sol. Les pays lointains, eux, utilisent des engrais chimiques qui ne sont pas aussi réglementés qu’en France. Ces pesticides se retrouvent également dans les nappes phréatiques et ont un impact négatif important sur toute l’écologie.

Cela coûte moins cher. Les produits locaux et de saison demandent bien moins de coûts de transports et de taxes d’importation, ce qui se ressent sur le prix de vente.

 

Les saisons à respecter pour les fruits et légumes…et les autres ?

Les fruits et légumes ne sont pas les seuls à avoir une saisonnalité. Ainsi, viandes, poissons et fromages ont aussi leurs saisons à respecter. Manger de saison

Pour la viande, cette règle est d’autant plus importante dans le secteur du bio. En effet, les animaux passent plus de temps dans les alpages contrairement aux élevages industriels.
Les produits de la mer, eux, fluctuent en fonction de la disponibilité et de la demande du consommateur.
Enfin, le fromage étant obtenu à partir du lait, son goût dépend en grande partie du lait utilisé. Selon l’alimentation des animaux, le goût sera différent. En hiver ils sont nourris au foin, en été, ils se nourrissent d’alpages.

Manger de saison

Les fruits et légumes : 

En été : Melons et pastèques, fraises et fruits rouges, pêches, abricots, poivrons, tomates, concombres, courgettes, aubergines…

 En hiver : Kiwis, oranges et autres agrumes, pommes, poires, carottes, choux, toutes les courges, oignons, poireaux, navets, salsifis, betteraves…

 

La viande :

En été : La pintade, le poulet, le canard, le lapin et le veau.

En automne : il s’agit du gibier à cause de la période de la chasse : chevreuil, faisan, lièvre, sanglier…

En hiver : Chapon, dinde, oie que l’on retrouve sur nos tables de fêtes.

Manger de saison
Les produits de la mer de saison

 

 

Les produits de la mer :

En été : Sardines, moules, crevettes, calamars, maquereaux…

En hiver : lotte, grondin rouge, roussette, homard, langouste, huîtres, coquille Saint-Jacques…

Les fromages :

En été : Camembert, Coulommiers, Brie, Saint-Marcellin, Chaource, Époisses, Livarot, Maroilles, Munster, Saint-nectaire, Reblochon, Crottin de Chavignol…

En hiver : Tomes,  Ossau Iraty, fromages à pâtes persillées type bleus, Mont-d’or, Comté, Gruyère, Beaufort…

Les fromages de saison

Manger de saison est un geste simple pour la planète, en plus c’est économique ! Si vous ne connaissez pas la saison des aliments, renseignez-vous auprès des commerçants, ils sont souvent incollables sur les saisons de leurs produits.

Retrouvez-nous également sur LinkedIn ici